Image - Call

Call

« Wir Publizieren » est un projet commun de la section Arts visuels et design de la Haute école des arts de Berne et du département d’art et de design de la haute école des arts de Brême. Il qui traite des pratiques collaboratives indépendantes liées à la publication, à la reproduction et à la distribution. Le projet comprend la constitution d’une collection de publications indépendantes, suisses avant tout, depuis les années 1960, des conférences sur l’histoire de l’édition radicale, sur la problématique de l’exposition de publications ainsi qu’une série de manifestations et d’expositions à ce propos.

Le présent appel à contributions vise à ouvrir la collection à celles et à ceux qui souhaitent contribuer à l’histoire de l’édition indépendante en Suisse par des publications personnelles, politiques, sociales ou artistiques. 

Que cherchons-nous?

Des projets indépendants de publications en série depuis les années 1960, avec un accent particulier sur la Suisse (toutes les techniques d’impression, sites web, listes de diffusion).

Qu’en adviendra-t-il ?

Le plus grand nombre possible de publications seront reproduites sous forme numérique, rendues accessibles au public et indexées.

Les publications physiques pourront être incluses à tout moment dans la médiathèque ou retournées à leur propriétaire à la fin du projet.

La section Conservation et restauration de la Haute école des arts de Berne pourra assurer la conservation de publications fragiles et précieuses.

Une sélection de publications sera exposée à la Kunsthalle de Berne en décembre 2019.

Comment soumettre une publication ?

Les publications peuvent être délivrées personnellement à la Haute école des arts de Berne, envoyées par courriel ou par la poste (les frais de port élevés peuvent être pris en charge après accord préalable).

Echéance

15 juin 2019

Contact

Haute école des arts de Berne
Atelier
Lara Kothe
Fellerstrasse 11
CH-3027 Berne

info@wir-publizieren.ch

Instagram
Facebook

Image

Image - L’exposition

L’exposition

Nous souhaitons développer une exposition sur la base de notre collection d’œuvres publiées par des éditeurs indépendants. Il s’agit d’une part pour nous de savoir comment identifier l’intérêt croissant pour l’imprimé en petites éditions ou dans des réseaux obscurs et d’autre part pourquoi et comment les sujets, les approches, l’esthétique et les attitudes ont changé dans l’édition indépendante depuis les années 1960.

Image

Image

Nous nous associons à l’exposition «Unter dem Radar. Underground- und Selbstpublikationen 1965–1975», présentée à la Weserburg à Brême en 2015/16 et et qui a fait l’objet d’une importante publication par Spector Books en 2017. La sélection présentée dans la publication «Unter dem Radar» est internationale, avec un accent sur les publications allemandes. Plusieurs publications suisses y sont représentées, telles «Hotcha!» (Zurich, 1968–2008), «Strong Heart Papers» (Zurich, 1979) et «Whämmli!» (Bâle env. 1971). L’exposition présentait également «Experience – Zeitschrift für Musik und anderen Lärm» (Bâle 1973–74) et «hapt Schwiiz».

Image

Image

Outre le projet «Under the Radar», nous nous inspirons de l’exposition «You’ve Got 1243 Unread Messages. The last generation before the internet», présentée au Centre letton d’art contemporain en 2017/18. Cette manifestation traitait des médias confrontées à Internet, de leur matérialité, de leur potentiel et de leurs limites ; elle a mis en évidence l’affrontement des stratégies artistiques, politiques et personnelles et des relations économiques et techniques (et de pouvoir) dans les médias. Elle a permis de saisir différents contextes où des sphères publiques spécifiques ont été créées sur cette base, des sphères publiques qui sont toujours déterminées par le débat sur le pouvoir d’action et par les questions d’inclusion et d’exclusion.

Image

Image - Événements

Événements

« Il n’y a pas de lieu où sont transmises à la fois les connaissances associées à la fabrication de livres et à l’édition. Les académies d’art enseignent la conception de livres ; les écoles de libraires enseignent les techniques de vente du livre ; les facultés de lettres enseignent comment éditer des textes. Mais où enseigne-t-on la publication ? »

Spector Books, Applied Publishing Studies, Sitterwerk, 10.5.2014

Wir Publizieren
Séminaire d’histoire de la communication visuelle
Robert Lzicar

Nous nous penchons sur le contenu, la forme, la production et la distribution de publications historiques issues de la collection «Wir Publizieren». Les étudiant-e-s choisissent une publication, recherchent des données historiques, des faits et des liens, développent un questionnement à partir de leur intérêt personnel, y répondent sous la forme d’une histoire personnelle, qu’ils présenteront en mots et en images, à titre de contribution à l’exposition à la Kunsthalle de Berne à la fin 2019. Cette démarche est complétée par des contributions et des discussions avec des invités du groupe de projet, des expert-e-s et des témoins de l’époque sous revue. Quant à l’atelier, il contribuera à jeter un œil critique sur les formes contemporaines d’autoédition et à les placer dans un contexte historique plus large, afin de contrecarrer la nostalgie créatrice et l’appropriation non réfléchie d‘éléments stylistiques. 

HKB
Séminaire du cursus de BA Communication visuelle
Semestre de printemps 2019

Image

Wir Publizieren
Visites d’archives, conférences d’intervenant-e-s invité-e-s, discussions
Lucie Kolb

L’accent est mis sur la publication conjointe et autoorganisée de magazines. Que ce soit sous forme imprimée ou numérique, la publication de périodiques est toujours un travail collectif, parce qu’elle allie différentes compétences, telles que la rédaction, le graphisme, la diffusion et la publication. Non seulement la publication permet de rendre quelque chose public, mais encore, elle implique la création de groupes, de liens, d’amitiés et elle révèle des ennemis. Le magazine n’est donc pas seulement un lieu de reproduction d’images et de textes, mais aussi un lieu de production de phénomènes sociétaux. C’est sous cet angle-là que l’atelier présente l’histoire de l’autoédition. En nous concentrant sur Berne, nous examinons différents projets où il a été décidé de mettre en circulation soi-même des contenus. Nous visiterons donc par exemple les archives de la Kunsthalle de Berne et de la Bibliothèque nationale suisse, où sont conservés des documents relatifs aux mouvements anticonformistes, tels que Fluxus et ou le mouvement antipsychiatrique. Nous passerons en revue les cas ensemble, lirons et discuterons, mais discuterons aussi avec des personnes qui publient leurs propres œuvres aujourd’hui et leur poserons des questions sur leur motivation et sur les visions associées à cette pratique.

Haute école des arts de Berne
Boîte à outils Y
15.-18.04.2019

Image

Nous publions…
maintenant en tant que film…
Asli Serbest, Tania Prill

Le séminaire redéfinira la relation entre la presse écrite et les médias cinématographiques. Il produira différents liens, histoires et traductions entre les deux médias et – dans l’espace – les mettra en mouvement. L’objectif est de transformer une série de publications souterraines de l’exposition suisse en médias, c’est-à-dire de traduire des objets en papier imprimés, dessinés et reliés en images en mouvement. 

Traduire ne signifie pas seulement montrer et archiver des originaux dans des copies vidéo, mais aussi confronter les deux médias. Cette confrontation peut être chaotique, romantique, géométrique, ou encore (dés)symétrique, il maintient toujours la visibilité des deux médias. La traduction fait le lien entre la publication et le cinéma ; elle peut aussi apporter des idées exclues et perdues, des modes de pensée et de perception. Il peut inventer des langages, développer des constellations hybrides et expérimenter avec des formations inhabituelles. Enfin, la traduction produira son propre espace, entre le magazine et le film, avec de nouveaux modes narratifs et pour de nouveaux modes narratifs. Bien que notre séminaire se concentrera sur l’occasion concrète de l’exposition de Berne, il examinera également de manière exemplaire comment les livres et les publications imprimées pourraient être conservés et présentés dans des expositions. 

HfK Bremen
BA MA, Semestre d’été 2019

Image

Andere Öffentlichkeiten
Lucie Kolb

Das Projekt «Wir Publizieren» baut an der HKB eine Sammlung zu unabhängigem Publizieren auf. Darin finden sich Magazine von Jugendlichen, Künstlerinnen, Bewegten, die sich durch die Suche nach einer Form auszeichnen, etwas ohne professionellen Filter auszudrücken und beim Verfassen von Inhalten nicht primär an Vermittlung, Übersetzung oder an eine spezifische Zielgruppe zu denken. So sind die Texte in Magazinen wie Hofnachrichten, Eisbrecher, Art Power und anderen formal eigenwillig und die Themenwahl manchmal überraschend. Was wir heute davon lernen können ist, zu erkennen wie unsere Sprache in den Beschreibungen unserer Arbeit, Essays, in Bewerbungen sich oft unbewusst an professionellen oder disziplinären Konventionen orientiert. Diese Konventionen sind geprägt von bestimmten Vorstellungen von Geschlecht, sozialer Schicht und ethnischem Hintergrund, die immer auch spezifische Ausschlüsse produzieren. Durch Lektüre und Diskussion von Beiträgen in unabhängigen Publikationen und dem Verfassen eigener Texte, soll für solche Konventionen sensibilisiert und dazu ermutigt werden, Sprachen zu finden, die eine andere Sozialität herstellen können als eine marktbestimmte Öffentlichkeit. Die Y-Toolbox ist als Vorbereitung für eine Ausstellung zum Thema «Publizieren» im Dezember 2019 in der Kunsthalle Bern konzipiert.

HKB
Y-Toolbox
11.-15.11.2019

Image - Collection

Collection

La collection en cours de constitution à la Haute école des arts de Berne couvre les domaines de l’art, de la culture, de la politique et des mouvements sociaux, mais ce n’est pas tout. L’accent est mis sur les projets commandés par les artistes eux-mêmes, dans lesquels se créent des relations sociales, des liens et des espaces qui favorisent l’action collective.

Les magazines sont stockés dans la médiathèque, reproduits et conservés numériquement. Cependant, la vocation d’une collection n’est pas la passivité, mais l’action. La collection crée un contexte. Assembler, ce n’est pas seulement se procurer des objets, c’est aussi entretenir les liens existants et en construire de nouveaux, par exemple entre les publications clandestines, les magazines d’artistes, les magazines politiques et les projets post-numériques. 

Vous trouverez une liste provisoire de notre collection ici.

Image

Image - Personnes

Personnes

Franziska Bauer

Graphiste, artiste, auto-éditeur et activiste du genre queer. Elle fait partie du collectif d’art multimédia ELAF. Entre autres, ils ont organisé une exposition en quatre parties à Debatterie par thealit/Bremen en novembre 2018 avec des variations sur le thème de l’abjection. Ils font partie du projet Dynamic Archive qui sera lancé à l’été 2019. Franziska Bauer est également co-rédactrice, rédactrice et graphiste de la revue annuelle queer-féministe maga_zine Purple Scare.

Lucie Kolb

est historienne de l’art ; elle a consacré sa thèse de doctorat consacrée aux stratégies de publication artistique depuis les années 1960. Elle travaille à l’Institut für Experimentelles Design und Medienkulturen à Bâle dans le cadre du projet de recherche «Institutions as a Way of Life», financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique, consacré au patrimoine de la critique institutionnelle. Elle publie régulièrement sur l’autoédition, l’éducation et la critique d’art, la publication la plus récente étant la monographie «Studium, nicht Kritik» (transversal 2017). Elle est coéditrice de la revue Brand-New-Life et membre de la Commission des arts de la Ville de Berne.

Lara Kothe

a étudié l’infographie à Hambourg et s’est spécialisée en design éditorial et typographie. En 2016, elle a publié «das Lethe-Kompendium», ouvrage primé qui a été exposé à plusieurs reprises dans le monde entier. Avec ce livre, où elle a agi comme éditrice, auteure, artiste, conservatrice et graphiste, elle a fait de l’édition une pratique artistique. Après des séjours à Amsterdam et Berlin, elle travaille désormais à l’atelier de la Haute école des arts de Berne.. Depuis 2017, elle étudie par ailleurs la recherche en design à la Haute école des arts de Berne dans le cursus en Master Design. Elle est en outre chercheuse associée dans le projet de recherche «Swiss Graphic Design and Typography Revisited» et chercheuse dans le domaine de l’histoire du design à la Haute école des arts de Berne. 
www.larakothe.com 

Robert Lzicar

est concepteur, professeur et chercheur. Il enseigne l’histoire du design à la Haute Ecole des Arts de Berne, où il coordonne les activités de recherche liées à l’histoire du design. Il a organisé le symposium «Mapping Graphic Design History in Switzerland» (2014), édité une publication du même nom avec Davide Fornari (Trieste, 2016) et coordonne le projet de recherche «Swiss Graphic Design and Typography Revisited» financé par le programme Sinergia du Fonds national suisse (depuis octobre 2016).

Tine Melzer

Elle a étudié les beaux-arts et la philosophie à Amsterdam ; après une bourse d’atelier à la Rijksakademie van beeldende kunsten, elle a obtenu son doctorat en Angleterre. Elle combine la philosophie du langage avec des moyens visuels et publie ses propres livres. De 2004 à 2009, elle a enseigné à la Gerrit Rietveld Academie d’Amsterdam. Elle expose et publie régulièrement en Allemagne et à l’étranger. Depuis 2014, elle est chargée de cours à la Haute école des arts de Berne (Institut Y, Arts visuels et design : Fine Arts).
www.tinemelzer.eu

Daniela Mirabella

travaille comme graphiste indépendante à l’Atelier Mirabella-Morganti à Zurich, principalement pour des clients des secteurs culturel et éducatif. Elle enseigne au département du design de la Haute école des arts de Zurich et elle travaille également à la collection de design graphique du Musée du design de cette ville. Depuis 2017, elle accomplit un MA en design à la HKB, spécialisation Recherche en design.

Tania Prill

est graphiste (Studio Tania Prill, Zurich) et dirige le HfK Master Studio «School of Visual Combinations». Publications récentes : «Unter dem Radar – Underground- und Selbstpublikationen 1965–1975» (2016, avec Annette Gilbert et Jan-Frederik Bandel), «Typografie als künstlerisches Ereignis» (2016, avec Michael Glasmeier), «Money» (2015, avec Alberto Vieceli et Sebastian Cremers). Tania Prill a été professeur de design de communication à la Hochschule für Gestaltung Karlsruhe (HfG) et est professeur de typographie à la Hochschule der Künste Bremen (HfK) depuis 2010, où elle coordonne les Archives AIP de la publication indépendante.

Rejane Salzmann

étudie à la School of Visual Combination, où elle accomplit un cursus de MA au studio de design intégré de la haute école des arts de Brême.

Studio Harris Blondman

est le studio de graphisme primé de Harry Bloch et de Joris Landman. Le studio helvético-néerlandais allie connaissances classiques de la rédaction et du design et expertise des nouveaux médias et du codage créatif et travaille à la pointe de la tradition graphique et de l’expérimentation numérique. www.harrisblondman.nl

Saskia van der Meer

studied integrated design at the Hochschule für Künste Bremen with a focus on graphics and moving images. Since 2019 she has worked as a freelance graphic designer and teaches integrated design at the Hochschule für Künste Bremen.

Andreas Vogel

est historien de l’art ; il a consacré sa thèse de doctorat à l’urbanisme des fins de règnes absolutistes. Il est à la fois conservateur, critique, écrivain et acteur culturel. Il a travaillé dans dans divers musées, dont en 1999 et 2000 comme conservateur du Kunstverein de Constance. De 2001 à 2015, il a occupé des postes de direction à la F+F School for Art and Media Design à Zurich, dont celui de recteur à partir de 2011. Depuis 2015, il est responsable de la section Arts visuels et design de la Haute école des arts de Berne. Andreas Vogel a été membre de la Commission artistique de la Ville de Zurich de 2006 à 2014 et membre du jury de la Fondation Guggenheim de 2013 à 2018. Il est membre du Conseil de fondation de la Berner Designstiftung depuis 2016.

Image

Image

Image