Image - L’exposition

L’exposition

20 décembre 2019 – 2 février 2020
Inauguration : jeudi 19 décembre, 19 h
Kunsthalle Bern, Helvetiaplatz 1, 3005 Berne

Nous publions

Rédaction, design, production et distribution de formats magazines indépendants en Suisse depuis 1960

L’exposition « Nous publions » est un projet développé conjointement par la division Design et arts visuels de la Haute école des arts de Berne (HKB) et par le département Kunst und Design de la Hochschule für Künste (HfK) de Brême. Elle est consacrée aux pratiques indépendantes et collectives d’édition, de reproduction et de distribution.

Image

Le projet s’appuie sur les archives de la HKB relatives à des publications indépendantes réalisées depuis les années 1960, avec un accent particulier sur la Suisse, ce matériel faisant par ailleurs l’objet de différents cours et séminaires. Dans ces archives, on trouve des magazines de jeunes, de designers, d’artistes et de militants, qui ont en commun d’avoir cherché à transmettre des contenus sans recourir aux filtres professionnels, c’est-à-dire sans se préoccuper de médiation, de traduction ni de groupes cibles.

L’exposition donne un aperçu de cette collection réunissant actuellement quelque 500 publications dans les domaines de l’art, de la culture, de la politique et des mouvements sociaux. Elle présente les magazines et les structures de distribution, l’état de la recherche, les résultats des premières investigations et le travail effectué avec la collection. En outre, quelques questions sont soulevées : A quoi tient l’intérêt accru pour ce qui est imprimé ? Comment les thématiques, les approches, les visions esthétiques et les postures ont-elles évolué dans l’édition indépendante depuis les années 1960 - et pourquoi ?

Durant l’exposition sont proposées des conférences publiques avec des protagonistes de la collection. Designers, artistes, auteur-e-s, éditeurs et éditrices y échangent leurs expériences et points de vue. On y parle auto-organisation, répartition des rôles, intentions, distribution, financement, coopération, autonomisation… Les dates de cette série de conférences sont continuellement mises à jour dans la rubrique Evènements.

Image

Image

Image - Événements

Événements

16 – 17 janvier 2020
Kunsthalle Bern, Helvetiaplatz 1, 3005 Berne

Nous discutons

Congrès autour de l’exposition « Nous publions »

« Au carrefour de la littérature, de l’art, du design, de la technique, du droit, de la politique et de l’économie, on trouve une multitude de pratiques, de processus et d’institutions où s’observe le phénomène peu étudié de la publication indépendante ». (Gilbert 2019) Le congrès « Nous discutons » y est consacré. Diverses conférences, discussions et interventions permettront d’aborder entre autres les questions suivantes : Comment s’explique l’intérêt pour l’édition auto-organisée en tant que pratique politique et sociale et pour les artéfacts qui en sont issus ? Comment peut-on archiver ce matériel issu de processus souvent complexes et collectifs et le rendre accessible ? Quelles sont les exigences qui en découlent pour notre comportement d’aujourd’hui ? Et comment les transmettre ? Le congrès fait écho à l’exposition « Nous publions - Rédaction, design, production et distribution de formats magazines indépendants en Suisse depuis 1960 (Kunsthalle Bern, 20 décembre 2019 - 2 février 2020). La manifestation est publique et gratuite. Les diverses contributions sont filmées en vue d’être publiées sur ce site Internet après le congrès. 

Jeudi 16 janvier 2020, 19 h 00 – 20 h 30

Anti-Book: Crisis and Materiality in Political Self-Publishing

Conférence de Nicholas Thoburn (professeur de sociologie, University of Manchester), suivie d’une discussion (en anglais).
Introduction : Andreas Vogel ; animation : Lucie Kolb

This talk presents a communism of experimental self-publishing, a communism that shifts attention from the content of publishing to publishing’s many and various material forms. These experimental forms, I will argue, are traversed by crisis, wrought as they are from a social terrain coursing with hostile relations of gender, race, and class. The talk takes a «post-digital» approach to publishing, exploring experimental practice from the standpoint of a publishing landscape thoroughly transformed by digital technology and informed by the rich traditions of artists’ publishing. Developing arguments from my Anti-Book, the talk keeps examples of publishing practice at the foreground. It focuses in particular on an anonymously published book of tweets from the 2015 Baltimore uprising against racial terror.

Nicholas Thoburn is Senior Lecturer in sociology at the University of Manchester. He is author of Anti-Book: On the Art and Politics of Radical Publishing (2016) and Deleuze, Marx and Politics (2003), and co-editor of Deleuze and Politics (2008), Objects and Materials (2014), and Franco Berardi’s After the Future (2011). He has published on political theory, media aesthetics, social movements, and architecture, and is on the editorial board of the cultural studies journal New Formations (2019).
 

Vendredi 17 janvier 2020, 14 h 00 –14 h 30 

Irgendwie anders: Nötige Differenzierungen im Spannungsfeld von Anspruch und Wirklichkeit

Conférence d’Annette Gilbert (chercheuse en littérature, Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg), suivie d’une discussion (en allemand).
Introduction et animation : Lucie Kolb

Des slogans tels que « The Book as Democratic Multiple », « Publishing as Artistic Practice », « The Page as Alternative Space » évoquent souvent la conviction implicite que les formes indépendantes, collectives et/ou artistiques d’édition sont à ce point fondamentalement différentes des autres pratiques éditoriales, littéraires et artistiques qu’elles pourraient exercer sur elles un effet libérateur, voire révolutionnaire. L’autoédition ne serait pas seulement un autre moyen d’expression dans le monde de l’art et dans la production littéraire, mais aussi de façon explicite une alternative aux modèles usuels du commerce du livre. La question n’est pas seulement de savoir si cette promesse peut toujours être réalisée, mais aussi si cette opposition binaire peut être dépassée.

Annette Gilbert est une chercheuse en littérature qui s’intéresse particulièrement aux questions de médialité et de matérialité, aux phénomènes se situant aux confins de l’art et de la littérature, aux changements survenant dans les pratiques de production, de publication et de distribution à l’ère post-numérique. Publications récentes : Im toten Winkel der Literatur. Grenzfälle literarischer Werkwerdung seit den 1950er Jahren (2018); Publishing as Artistic Practice (2016, éd.); Unter dem Radar. Underground- und Selbstpublikationen 1965–1975 (2016, éd. avec Jan-Frederik Bandel et Tania Prill).
 

Vendredi 17 janvier 2020, 1430 –15 h 30

Archive des unabhängigen Publizierens

Table ronde avec Jan-Frederik Bandel (Archive of Independent Publishing Bremen), Rolf Lindner (Archiv für Alternativkultur Berlin), Anja Schwanhäußer (auteure) et Andreas Vogel (responsable division Design et arts visuels, Haute école des arts de Berne) (en allemand).
Introduction et animation : Tania Prill

Trois archives reliées entre elles de différentes manières : Les archives ASIPP (Archive of Swiss Independent Periodical Publishing) sont issues du projet Unter dem Radar, à la fois livre et exposition, dont les publications de l’AIP (Archive of Independent Publishing) constituent le noyau. L’AIP est une collection allemande et internationale d’œuvres underground et autoéditées, conservée depuis 2018 à la Hochschule für Künste Bremen. « Stilrevolte Underground - Die Alternativkultur als Agent der Postmoderne », d’Anja Schwanhäußer, est la première publication d’une série de livres AIP chez Spector Books. Le point de départ de ce livre est l’Archiv für Alternativkultur. Cet héritage du Literarisches Informationszentrum Josef Wintjes, Institut für Europäische Ethnologie der Humboldt-Universität zu Berlin, est une collection d’archives littéraires, artistiques et politiques des nouveaux mouvements sociaux en Allemagne depuis les années 1960. 

Lors de la table ronde sera abordée la thèse du livre « Stilrevolte Underground », selon laquelle il y aurait une forme de complicité entre sous-culture et capitalisme postmoderne. La discussion se focalisera d’une part sur les publications qui ont joué un rôle important dans le développement de la scène underground, d’autre part sur les infrastructures et les lieux sociaux dont l’édition indépendante est tributaire. Dans quelle mesure les travaux collaboratifs et collectifs, ainsi que leur existence publique, ont-ils changé aujourd’hui ? Et comment se fait-il qu’on se réfère encore aujourd’hui à l’underground historique ?

Né en 1977, Jan-Frederik Bandel vit à Leipzig en tant que correcteur, chercheur en littérature et traducteur. Etudes d’allemand, histoire et philosophie à Hambourg et Baltimore, doctorat à Berlin. Depuis 2012, chargé de cours à la HfK, Brême. Il a publié divers livres, dont dernièrement « Unter dem Radar. Underground- und Selbstpublikationen 1965–1975 » (2017, éd. avec Annette Gilbert et Tania Prill).

Rolf Lindner, professeur retraité d’ethnologie européenne, Université Humboldt, Berlin. Il a été fellow au Kulturwissenschaftliches Institut (KUWI), Essen, à I’Internationales Forschungszentrum Kulturwissenschaften Institut (IFK), Vienne et au Labor Populäre Kulturen am Institut für Sozialanthropologie und Empirische Kulturwissenschaften (ISEK), université de Zurich. Monographies depuis 2000 : Die Stunde der Cultural Studies (2000) ; Walks on the Wild Side. Eine Geschichte der Stadtforschung (2004); Die Entdeckung der Stadtkultur (2007, nouvelle édition Campus Bibliothek Klassiker); Berlin, absolute Stadt (2016).  

Anja Schwanhäußer est collaboratrice scientifique à l’Institut für Kulturanthropologie/Europäische Ethnologie, université de Göttingen. Ses publications portent sur l’ethnologie urbaine, l’underground et la recherche de terrain. Sur le plan artistique, elle a œuvré pour des théâtres Off et a lancé le groupe “HorseArt”. Elle fait actuellement des recherches sur le « petit monde » du Ponyhof, dans la banlieue de Berlin. Publication actuelle : Stilrevolte Underground: Applied Publishing Studies (2019).
 

Vendredi 17 janvier 2020, 15 – 16 h 30

Radical Publishing Practices Demand Radical Librarianship: Perspectives and Framing Under the Disguise of Neutrality

Conférence d’Eva Weinmayr (artiste, chercheuse et professeure), suivie d’une discussion (en anglais).
Introduction et animation : Lucie Kolb

The concept of the library seems to have gained much attention recently. On the one hand, we keep hearing about public library closures across the continent, on the other, we witness much energy and activism in the development and sustenance of shadow libraries, whether physical or online. After all, libraries are spaces that turn marketable goods into public goods. They provide free access to knowledge that would otherwise have to be purchased. However, libraries arguably are also disciplinary institutions. They determine what is validated and legitimised as relevant knowledge and secondly how this material is framed and represented in the catalogue, which as I will claim, constitutes itself a meaning-making structure. As library scholar Emily Drabinski points out, classification schemes «are socially produced and embedded structures, they are products of human labour that carry traces of all the intentional and unintentional racism, sexism, and classism of the workers who create them. It is not possible to do classification objectively. It is the nature of subject analysis to be subjective». Using the Library of Inclusions and Omissions as a starting point I will discuss the political nature of cataloguing and indexing and its implicit dilemma since each standard and category valorises some point of view and silences another.

Eva Weinmayr is an artist researcher and educator investigating the border crossings between contemporary art, radical education and institutional analysis by experimenting with modes of queer knowledge formation. She is co-founder of AND Publishing, a feminist publishing platform and collaborative practice based in London and conducts currently a PhD in Artistic Practice on the Micropolitics of Publishing at Valand Academy, University of Gothenburg.
 

Vendredi 17 janvier 2020, 17 –17 h 30

Buchroutine

Conférence de Tine Melzer (professeure, Haute école des arts de Berne), suivie d’une discussion (en allemand).
Introduction et animation :  Andreas Vogel

Tine Melzer parle de sa pratique en tant qu’auteure de livres autoédités. « Etre artiste, c’est être éditeur », a déclaré récemment Jan Voss, un artiste du livre hollandais. Elle pense qu’il a raison. L’autonomisation et la pratique de l’édition font partie selon elle de l’expression artistique, avec de nouveaux enjeux en termes de contrôle, de public et de traduction. Melzer utilise la forme conventionnelle du livre imprimé, document physique, pour matérialiser la transition entre texte et image, dire et montrer, pensée et opinion. Dans l’enseignement également, elle encourage la production de versions imprimées des œuvres créées, même si elles sont transdisciplinaires, éphémères, fragmentaires ou inachevées. C’est pourquoi elle regroupe également les productions de chaque séminaire universitaire dans des actes imprimés, dont elle montre quelques exemples.

Tine Melzer a étudié les beaux-arts et la philosophie à Amsterdam et a obtenu son doctorat en Angleterre. Son travail combine la philosophie du langage avec des moyens visuels et des formats de publication autonomes. Elle est chargée de cours à la Haute école des arts de Berne et mène des recherches sur l’aspectivité dans l’image, le texte et le vocabulaire transdisciplinaire.
 

Vendredi 17 janvier 2020, 17 –18 h 00

Teaching Publishing

Conférence d’Urs Lehni (concepteur graphique, éditeur et responsable de la filière bachelor Communication visuelle, Haute école des arts de Berne) et Olivier Lebrun (concepteur graphique et responsable filière bachelor Design graphique, ENSBA Lyon), suivie d’une discussion (en anglais).
Introduction et animation : Robert Lzicar

Olivier Lebrun et Urs Lehni sont tous deux graphistes, éditeurs et actifs dans des écoles d’art en tant que responsables de formations. Dans leur enseignement, ils s’efforcent de relier ces domaines entre eux, afin de tester différentes stratégies éditoriales et d’établir des modèles alternatifs de production et de diffusion des contenus. Dans leur exposé, ils présenteront quelques exemples tirés de leur enseignement, comme la revue Initiales (ENSBA Lyon), le livre « Bernard Chadebec : Intrus Sympatiques » (HfG Karlsruhe) ou la plateforme de publication BookBoY (HfG Karlsruhe).

Olivier Lebrun produces editorial projects which focus on the links between content and container. He is the author of Stolen Works of Art (2010), the Pocket Companion to Books from The Simpsons serie (Rollo Press, 2012, 2013, Yellow Pages, 2018) and Bernard Chadebec, Intrus Sympathiques with Urs Lehni and students of the HfG Karlsruhe (Rollo Press, 2016). He’s coordinating the BA Graphic Design at ENSBA Lyon (FR).

Urs Lehni travaille comme graphiste à Zurich et dirige depuis l’été 2019 la filière bachelor Communication visuelle à la HKB Berne. Avec son projet d’édition Rollo Press, il a publié une soixantaine de titres depuis 2008 et a reçu en 2015 le célèbre Prix Jan Tschichold de l’Office fédéral de la culture.
 

Vendredi 17 janvier 2020, 18 –19 h 00

Learning from Publishing

Table ronde avec Lucie Kolb (artiste et auteure), Tania Prill (conceptrice graphique et professeure de typographie, Hochschule für Künste Bremen) et Robert Lzicar (designer et responsable de la filière master Design, Haute école des arts de Berne) (en allemand).
Introduction et animation : Andreas Vogel

L’exposition « Nous publions » a fourni le cadre de différents enseignements à la Haute école des arts de Berne et à la Hochschule für Künste (HfK) de Brême, donnant l’occasion aux étudiant-e-s de travailler de différentes manières avec les archives. Sous le titre « Wir publizieren: Archivbesuche, Gastvorträge, Diskussionen », Lucie Kolb a présenté une introduction à l’histoire de l’autoédition ; dans le Y-Toolbox « Andere Öffentlichkeiten », elle a examiné avec les étudiant-e-s comment notre langue s’inspire, souvent inconsciemment, des conventions professionnelles ou disciplinaires. Dans le séminaire « Wir publizieren… jetzt als Film… », les étudiant-e-s, guidés par Asli Serbest et Tania Prill, ont traité la relation entre imprimés et films, produisant entre les deux médias des liens, des histoires et des traductions de types différents et les mettant en mouvement – dans un espace donné. Dans le séminaire de Robert Lzicar sur l’histoire de la communication visuelle, les étudiant-e-s ont développé des questions sur le contenu, la forme, la production et la distribution de publications historiques issues de la collection « Nous publions » et, après avoir recherché des données, des faits et des connexions historiques, y ont répondu sous forme de récit.

S’appuyant sur les expériences réalisées lors de ces enseignements, les participant-e-s de la table ronde discuteront différentes questions : Que peut-on retirer, et comment, de ces recherches sur l’activité de publication et sur les produits publiés ? Quel est le potentiel des projets de publication pour la formation et pour le développement des étudiant-e-s ? Comment peut-on mener des recherches sur l’autoédition ? La table ronde doit également contribuer au débat sur l’action des écoles d’art s’interrogeant non seulement sur les contenus d’apprentissage, mais aussi sur les questions d’organisation et de cadre institutionnel.

Lucie Kolb est artiste, auteure et rédactrice en chef du magazine Brand-New-Life. Elle a obtenu son doctorat en 2017 à l’Akademie der bildenden Künste de Vienne sur les stratégies artistiques et éditoriales depuis 1960. Elle fait des recherches à l’Institut für Experimentelles Design und Medienkulturen Basel sur l’héritage de la critique institutionnelle, dans le cadre du projet « Institutions as a Way of Life », financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS). Elle réalise régulièrement des publications sur l’autoédition, la formation et la critique d’art, la plus récente étant la monographie « Studium, nicht Kritik » (2017).

Tania Prill est conceptrice graphique (studio Tania Prill, Zurich) et dirige à la HfK le Masterstudio « School of Visual Combinations ». Publications récentes : Unter dem Radar - Underground- und Selbstpublikationen 1965-1975 (2016, éd. avec Annette Gilbert et Jan-Frederik Bandel) ; Typografie als künstlerisches Ereignis (2016, éd. avec Michael Glasmeier) ; Money (2015, avec Alberto Vieceli et Sebastian Cremers). Tania Prill a été professeure de design de communication à la Hochschule für Gestaltung HfG, Karlsruhe. Depuis 2010, elle est professeur de typographie à la HfK Bremen, où elle coordonne l’AIP (Archive of Independent Publishing).

Robert Lzicar est designer, professeur et chercheur. A la HKB, il enseigne l’histoire du design, dirige la filière master Design et coordonne le domaine de recherche Design History. Il a organisé le symposium Mapping Graphic Design History in Switzerland (2014), édité la publication du même nom (2016, éd. avec Davide Fornari) et, depuis octobre 2016, coordonne le projet de recherche Swiss Graphic Design and Typography Revisited, financé par le programme Sinergia du Fonds national suisse (FNS).
 

Vendredi 17 janvier 2020, 19 h 00

Apéritif

Videos

Anti-Book: Crisis and Materiality in Political Self-Publishing
Conférence de Nicholas Thoburn (professeur de sociologie, University of Manchester).

Archive des unabhängigen Publizierens
Table ronde avec Jan-Frederik Bandel (Archive of Independent Publishing Bremen), Rolf Lindner (Archiv für Alternativkultur Berlin), Anja Schwanhäußer (auteure) et Andreas Vogel (responsable division Design et arts visuels, Haute école des arts de Berne).

Radical Publishing Practices Demand Radical Librarianship: Perspectives and Framing Under the Disguise of Neutrality
Conférence d’Eva Weinmayr (artiste, chercheuse et professeure).

Buchroutine
Conférence de Tine Melzer (professeure, Haute école des arts de Berne).

Teaching Publishing
Conférence d’Urs Lehni (concepteur graphique, éditeur et responsable de la filière bachelor Communication visuelle, Haute école des arts de Berne) et Olivier Lebrun (concepteur graphique et responsable filière bachelor Design graphique, ENSBA Lyon).

Learning from Publishing
Table ronde avec Lucie Kolb (artiste et auteure), Tania Prill (conceptrice graphique et professeure de typographie, Hochschule für Künste Bremen) et Robert Lzicar (designer et responsable de la filière master Design, Haute école des arts de Berne).

Image

16 – 17 janvier 2020
Kunsthalle Bern, Helvetiaplatz 1, 3005 Berne

Nous publions : Oral Histories

Discussions publiques avec des protagonistes de publications faisant partie de la collection : designers, artistes, auteur-e-s, éditeurs et éditrices

En lien avec l’exposition sont proposées des discussions publiques avec les protagonistes de cette collection. Designers, artistes, auteur-e-s, éditeurs et éditrices y échangent leurs expériences et points de vue. On y parle auto-organisation, répartition des rôles, intentions, distribution, financement, coopération, autonomisation. Les dates de cette série de conférences sont continuellement mises à jour ici.

Samedi 21 décembre 2019, 11 h 00

Discussion avec Roland Fischbacher & David Basler (Strapazin)
Discussion avec Roland Fischbacher (Fabrikzeitung)


Dimanche 22 décembre 2019, 15 h 00

Discussion avec Judith Welter (Brand-New-Life)


Samedi 28 décembre 2019, 11 h 00

Discussion avec Flurina Rothenberger & Rahel Arnold (Nice)
Discussion avec Oliver Kielmayer (We Are The Artists)
Discussion avec Kaj Lehmann, Marc Schwegler, Remo Bitzi (zweikommasieben)

Discussion avec Wolfgang Bortlik (Alpenzeiger)


Samedi 18 janvier 2020, 14 h 00

Discussion avec Christoph Schuler (Stilett)


Samedi 25 janvier 2020, 11 h 00

Discussion avec Michael Hiltbrunner (Wiggerflut, Romp, Pablo Gerusa).

Image

Image - Séminaires

Séminaires

Séminaires

« Il n’y a pas de lieu où sont transmises à la fois les connaissances associées à la fabrication de livres et à l’édition. Les académies d’art enseignent la conception de livres ; les écoles de libraires enseignent les techniques de vente du livre ; les facultés de lettres enseignent comment éditer des textes. Mais où enseigne-t-on la publication ? »

Spector Books, Applied Publishing Studies, Sitterwerk, 10.5.2014

Image

Andere Öffentlichkeiten
Lucie Kolb

Das Projekt «Wir publizieren» baut an der HKB eine Sammlung zu unabhängigem Publizieren auf. Darin finden sich Magazine von Jugendlichen, Künstlerinnen, Bewegten, die sich durch die Suche nach einer Form auszeichnen, etwas ohne professionellen Filter auszudrücken und beim Verfassen von Inhalten nicht primär an Vermittlung, Übersetzung oder an eine spezifische Zielgruppe zu denken. So sind die Texte in Magazinen wie Hofnachrichten, Eisbrecher, Art Power und anderen formal eigenwillig und die Themenwahl manchmal überraschend. Was wir heute davon lernen können ist, zu erkennen wie unsere Sprache in den Beschreibungen unserer Arbeit, Essays, in Bewerbungen sich oft unbewusst an professionellen oder disziplinären Konventionen orientiert. Diese Konventionen sind geprägt von bestimmten Vorstellungen von Geschlecht, sozialer Schicht und ethnischem Hintergrund, die immer auch spezifische Ausschlüsse produzieren. Durch Lektüre und Diskussion von Beiträgen in unabhängigen Publikationen und dem Verfassen eigener Texte, soll für solche Konventionen sensibilisiert und dazu ermutigt werden, Sprachen zu finden, die eine andere Sozialität herstellen können als eine marktbestimmte Öffentlichkeit. Die Y-Toolbox ist als Vorbereitung für eine Ausstellung zum Thema «Publizieren» im Dezember 2019 in der Kunsthalle Bern konzipiert.

HKB
Y-Toolbox
11.-15.11.2019

Image

Wir publizieren… maintenant en tant que film…
Asli Serbest, Tania Prill

Le séminaire redéfinira la relation entre la presse écrite et les médias cinématographiques. Il produira différents liens, histoires et traductions entre les deux médias et – dans l’espace – les mettra en mouvement. L’objectif est de transformer une série de publications souterraines de l’exposition suisse en médias, c’est-à-dire de traduire des objets en papier imprimés, dessinés et reliés en images en mouvement. 

Traduire ne signifie pas seulement montrer et archiver des originaux dans des copies vidéo, mais aussi confronter les deux médias. Cette confrontation peut être chaotique, romantique, géométrique, ou encore (dés)symétrique, il maintient toujours la visibilité des deux médias. La traduction fait le lien entre la publication et le cinéma ; elle peut aussi apporter des idées exclues et perdues, des modes de pensée et de perception. Il peut inventer des langages, développer des constellations hybrides et expérimenter avec des formations inhabituelles. Enfin, la traduction produira son propre espace, entre le magazine et le film, avec de nouveaux modes narratifs et pour de nouveaux modes narratifs. Bien que notre séminaire se concentrera sur l’occasion concrète de l’exposition de Berne, il examinera également de manière exemplaire comment les livres et les publications imprimées pourraient être conservés et présentés dans des expositions. 

HfK Bremen
BA MA, Semestre d’été 2019

Image

Wir publizieren
Visites d’archives, conférences d’intervenant-e-s invité-e-s, discussions
Lucie Kolb

L’accent est mis sur la publication conjointe et autoorganisée de magazines. Que ce soit sous forme imprimée ou numérique, la publication de périodiques est toujours un travail collectif, parce qu’elle allie différentes compétences, telles que la rédaction, le graphisme, la diffusion et la publication. Non seulement la publication permet de rendre quelque chose public, mais encore, elle implique la création de groupes, de liens, d’amitiés et elle révèle des ennemis. Le magazine n’est donc pas seulement un lieu de reproduction d’images et de textes, mais aussi un lieu de production de phénomènes sociétaux. C’est sous cet angle-là que l’atelier présente l’histoire de l’autoédition. En nous concentrant sur Berne, nous examinons différents projets où il a été décidé de mettre en circulation soi-même des contenus. Nous visiterons donc par exemple les archives de la Kunsthalle de Berne et de la Bibliothèque nationale suisse, où sont conservés des documents relatifs aux mouvements anticonformistes, tels que Fluxus et ou le mouvement antipsychiatrique. Nous passerons en revue les cas ensemble, lirons et discuterons, mais discuterons aussi avec des personnes qui publient leurs propres œuvres aujourd’hui et leur poserons des questions sur leur motivation et sur les visions associées à cette pratique.

Haute école des arts de Berne
Y Toolbox
15.-18.04.2019

Image

Wir publizieren
Séminaire d’histoire de la communication visuelle
Robert Lzicar

Nous nous penchons sur le contenu, la forme, la production et la distribution de publications historiques issues de la collection «Wir publizieren». Les étudiant-e-s choisissent une publication, recherchent des données historiques, des faits et des liens, développent un questionnement à partir de leur intérêt personnel, y répondent sous la forme d’une histoire personnelle, qu’ils présenteront en mots et en images, à titre de contribution à l’exposition à la Kunsthalle de Berne à la fin 2019. Cette démarche est complétée par des contributions et des discussions avec des invités du groupe de projet, des expert-e-s et des témoins de l’époque sous revue. Quant à l’atelier, il contribuera à jeter un œil critique sur les formes contemporaines d’autoédition et à les placer dans un contexte historique plus large, afin de contrecarrer la nostalgie créatrice et l’appropriation non réfléchie d‘éléments stylistiques. 

HKB
Séminaire du cursus de BA Communication visuelle
Semestre de printemps 2019

Image

Wir publizieren im Antichambre
Saskia van der Meer, Tania Prill, Paul Steinmann

Die Ausstellung «Wir publizieren», die in der Kunsthalle Bern eine Sammlung von unabhängigen, seriellen Publikationen mit dem Schwerpunkt Schweiz zeigt, wird angekündigt und begleitet durch die Inszenierung «Wir publizieren im Antichambre» im gleichnamigen Berner Off-Space. Die Inszenierung der Bremer Student_innen der Hochschule für Künste nimmt in filmischen Sequenzen transformierte Elemente der Berner Sammlung auf, simuliert den Prozess des Druckens und bietet vom 4.12.2019 bis zum 5.1.2020 Berührungspunkte mit Passant_innen in der Berner Innenstadt.

Image

Image - Personnes

Personnes

Franziska Bauer

Graphiste, artiste, auto-éditeur et activiste du genre queer. Elle fait partie du collectif d’art multimédia ELAF. Entre autres, ils ont organisé une exposition en quatre parties à Debatterie par thealit/Bremen en novembre 2018 avec des variations sur le thème de l’abjection. Ils font partie du projet Dynamic Archive qui sera lancé à l’été 2019. Franziska Bauer est également co-rédactrice, rédactrice et graphiste de la revue annuelle queer-féministe maga_zine Purple Scare.

Lukas Cvitak

étudie le design intégré à la Hochschule für Künste Bremen. Il s’occupe de projets interdisciplinaires à l’interface entre les domaines du design tels que l’image en mouvement, le graphisme, le produit et l’installation spatiale.

Lucie Kolb

Artiste, écrivaine et éditrice de la revue Brand-New-Life. Elle a consacré sa thèse de doctorat en 2017 à l’Akademie der bildenden Künste Wien consacrée aux stratégies de publication artistique depuis les années 1960. Elle travaille à l’Institut für Experimentelles Design und Medienkulturen à Bâle dans le cadre du projet de recherche «Institutions as a Way of Life», financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique, consacré au patrimoine de la critique institutionnelle. Elle publie régulièrement sur l’autoédition, l’éducation et la critique d’art, la publication la plus récente étant la monographie «Study, not Critique» (transversal texts 2018). 

Lara Kothe

a étudié l’infographie à Hambourg et s’est spécialisée en design éditorial et typographie. En 2016, elle a publié «das Lethe-Kompendium», ouvrage primé qui a été exposé à plusieurs reprises dans le monde entier. Avec ce livre, où elle a agi comme éditrice, auteure, artiste, conservatrice et graphiste, elle a fait de l’édition une pratique artistique. Après des séjours à Amsterdam et Berlin, elle travaille désormais à l’atelier de la Haute école des arts de Berne.. Depuis 2017, elle étudie par ailleurs la recherche en design à la Haute école des arts de Berne dans le cursus en Master Design. Elle est en outre chercheuse associée dans le projet de recherche «Swiss Graphic Design and Typography Revisited» et chercheuse dans le domaine de l’histoire du design à la Haute école des arts de Berne. 
www.larakothe.com 

Robert Lzicar

est concepteur, professeur et chercheur. Il enseigne l’histoire du design à la Haute Ecole des Arts de Berne, où il coordonne les activités de recherche liées à l’histoire du design. Il a organisé le symposium «Mapping Graphic Design History in Switzerland» (2014), édité une publication du même nom avec Davide Fornari (Trieste, 2016) et coordonne le projet de recherche «Swiss Graphic Design and Typography Revisited» financé par le programme Sinergia du Fonds national suisse (depuis octobre 2016).

Tine Melzer

Elle a étudié les beaux-arts et la philosophie à Amsterdam ; après une bourse d’atelier à la Rijksakademie van beeldende kunsten, elle a obtenu son doctorat en Angleterre. Elle combine la philosophie du langage avec des moyens visuels et publie ses propres livres. De 2004 à 2009, elle a enseigné à la Gerrit Rietveld Academie d’Amsterdam. Elle expose et publie régulièrement en Allemagne et à l’étranger. Depuis 2014, elle est chargée de cours à la Haute école des arts de Berne (Institut Y, Arts visuels et design : Fine Arts).
www.tinemelzer.eu

Daniela Mirabella

travaille comme graphiste indépendante à l’Atelier Mirabella-Morganti à Zurich, principalement pour des clients des secteurs culturel et éducatif. Elle enseigne au département du design de la Haute école des arts de Zurich et elle travaille également à la collection de design graphique du Musée du design de cette ville. Depuis 2017, elle accomplit un MA en design à la HKB, spécialisation Recherche en design.

Tania Prill

est graphiste (Studio Tania Prill, Zurich) et dirige le HfK Master Studio «School of Visual Combinations». Publications récentes : «Unter dem Radar – Underground- und Selbstpublikationen 1965–1975» (2016, avec Annette Gilbert et Jan-Frederik Bandel), «Typografie als künstlerisches Ereignis» (2016, avec Michael Glasmeier), «Money» (2015, avec Alberto Vieceli et Sebastian Cremers). Tania Prill a été professeur de design de communication à la Hochschule für Gestaltung Karlsruhe (HfG) et est professeur de typographie à la Hochschule der Künste Bremen (HfK) depuis 2010, où elle coordonne les Archives AIP de la publication indépendante.

Rejane Salzmann

étudie à la School of Visual Combination, où elle accomplit un cursus de MA au studio de design intégré de la haute école des arts de Brême.

Studio Harris Blondman

est le studio de graphisme primé de Harry Bloch et de Joris Landman. Le studio helvético-néerlandais allie connaissances classiques de la rédaction et du design et expertise des nouveaux médias et du codage créatif et travaille à la pointe de la tradition graphique et de l’expérimentation numérique. www.harrisblondman.nl

Saskia van der Meer

studied integrated design at the Hochschule für Künste Bremen with a focus on graphics and moving images. Since 2019 she has worked as a freelance graphic designer and teaches integrated design at the Hochschule für Künste Bremen.

Andreas Vogel

est historien de l’art ; il a consacré sa thèse de doctorat à l’urbanisme des fins de règnes absolutistes. Il est à la fois conservateur, critique, écrivain et acteur culturel. Il a travaillé dans dans divers musées, dont en 1999 et 2000 comme conservateur du Kunstverein de Constance. De 2001 à 2015, il a occupé des postes de direction à la F+F School for Art and Media Design à Zurich, dont celui de recteur à partir de 2011. Depuis 2015, il est responsable de la section Arts visuels et design de la Haute école des arts de Berne. Andreas Vogel a été membre de la Commission artistique de la Ville de Zurich de 2006 à 2014 et membre du jury de la Fondation Guggenheim de 2013 à 2018. Il est membre du Conseil de fondation de la Berner Designstiftung depuis 2016.

Image

Image

Image

Image - Call

Call

A la Haute école des arts de Berne, un fonds d’archives d’édition indépendante est en cours de constitution, couvrant, entre autres, les domaines de l’art, de la culture, de la politique et des mouvements sociaux. Cet appel vise à ouvrir la collection à ceux qui souhaitent contribuer à l’histoire de l’édition indépendante en Suisse par des publications personnelles, politiques, sociales ou artistiques. 

Que cherchons-nous?

Des projets indépendants de publications en série depuis les années 1960, avec un accent particulier sur la Suisse (toutes les techniques d’impression, sites web, listes de diffusion).

Qu’en adviendra-t-il ?

Le plus grand nombre possible de publications seront reproduites sous forme numérique, rendues accessibles au public et indexées.

Les publications physiques pourront être incluses à tout moment dans la médiathèque ou retournées à leur propriétaire à la fin du projet.

La section Conservation et restauration de la Haute école des arts de Berne pourra assurer la conservation de publications fragiles et précieuses.

Comment soumettre une publication ?

Les publications peuvent être délivrées personnellement à la Haute école des arts de Berne, envoyées par courriel ou par la poste (les frais de port élevés peuvent être pris en charge après accord préalable).

Contact

Haute école des arts de Berne
Mediothek / Wir publizieren
Fellerstrasse 11
CH-3027 Berne

info@wir-publizieren.ch

Instagram
Facebook

Image